29 janvier 2014.

 
 

Bonjour à vous tous Chers Amis,

 
 

Il n’y a vraiment pas de nouvelles / nouvelles depuis la rédaction de mon éditorial du mois de décembre dernier. Il est donc inutile de répéter ce qui fut écrit en décembre; à lire sur le site de la revue.

 
 

Pour le site de la boutique, ça avance à pas de tortue. Les journées n’ayant que 24 heures… Bon enfin, ça va venir.

 
 

J’ai mis en vente sur le site de la revue, un volume et un calendrier (section éditorial).

 
 

Volume. Il me reste encore en inventaire, quelques volumes traitant des cétacés du Saint-Laurent. Ces volumes sont d’une qualité d’imprimerie tout à fait remarquable et ils portent en page 3, un timbre de $10.00 du rorqual bleu. Ce timbre est oblitéré de la journée où s’est tenue une exposition philatélique sur les cétacés, à Tadoussac. Un volume essentiel pour l’étude des cétacés du Saint-Laurent. Faisons-nous plaisir en vous procurant un de ces volumes.

 
 

Calendrier. J’ai fait imprimer en dix exemplaires seulement, un calendrier 2014. Les douze illustrations qui y sont montrées, présentent des pièces de ma collection du timbre Scott / Unitrade No 223; des pièces très intéressantes, il va s’en dire. J’ai trois calendriers de vendus au moment d’écrire ces lignes. Précision : en annonçant sur un site internet, où un « /$%?& » (vous savez quoi) s’attendait à recevoir les douze pièces montrées, avec le calendrier, je précise qu’AUCUNE pièce n’est vendue avec le calendrier. Je me trouve un peu ridicule de faire cette précision, mais ayant eu le problème une fois, je ne veux pas le revivre. On dit que le ridicule ne tue pas.

 
 

Ces deux items sont vendus sur le principe de « premier arrivée = premier servi ».

 
 

Pages de collection. J’invite les personnes qui pourraient être intéressées, à présenter des pages de leur(s) collection(s) sur mon site. Ces pages seraient présentées en copies – collées. S.v.p. communiquer avec moi pour information.

 
 

Note amusante sur la féminisation de mots. Chez-nous, c’est très à la mode de féminiser les mots; mais… On appelait « petit camelot » le jeune garçon qui distribuait dans ma rue l’an passé, le quotidien local; maintenant c’est une gentille jeune adolescente qui l’a remplacé, est-ce que je dois l’appeler la « petite camelote »? — Une autre que je trouvais absolument suave avant l’ajustement dans les dictionnaires français : on parle beaucoup de la chancelière allemande depuis quelques années. Or, en français et avant la période de Madame Merkel, une chancelière était un sac fourré destiné à tenir les pieds au chaud; la langue française s’est ajustée depuis peu (heureusement) car ça ne faisait vraiment pas chic dans un salon que de parler de Madame la pantoufle Merkel.

 
 

Je vous souhaite beaucoup de plaisir avec votre collection 

 

Guy Desrosiers
275 rue Bryant
Sherbrooke Qc
CANADA J1J 3E6
http://www.philateliequebec.com
 

Publicités